Site Loader
SCPI européennes

Évidemment, la plupart des actifs que les SCPI possèdent se situent en France. Mais avec la saturation progressive du marché local, surtout dans la région parisienne, il est nécessaire de s’étendre. C’est pour cela que de plus en plus de sociétés de gestion décident de sortir des frontières du pays pour conquérir la zone euro, d’où les SCPI européennes. Et il y a plusieurs avantages à cela.

SCPI européennes : profiter du dynamisme du secteur immobilier au-delà de la France

Divers marchés européens semblent avoir plus de dynamisme que celui de la France en termes d’immobilier. L’exemple le plus concret en est notamment l’Allemagne où de nombreuses sociétés de gestion se sont implantées. Il faut dire qu’un boom immobilier assez conséquent s’y est installé depuis un moment. Au cours des trois dernières années, le marché allemand a connu une croissance moyenne annuelle de 3 %. Des acteurs majeurs des SCPI comme Actipierre ou Novapierre Allemagne ont alors décidé d’exploiter ce potentiel le maximum possible. Une promesse de bons rendements dont beaucoup d’investisseurs Français aimeraient profiter.

Sinon, des pays comme l’Espagne, le Portugal ou encore les Pays-Bas ne sont pas en reste et offrent aussi de belles opportunités. Les Français en sont d’ailleurs conscients, eux qui recherchent une croissance de dividendes sur le long terme. Mais même au-delà des frontières de la France, la stratégie d’investissement reste la même, investir dans des biens immobiliers à fort potentiel de rendement. Les actifs se constituent alors de bureaux, d’entrepôts, de structures de santé, de locaux commerciaux, etc. Et qui dit « pays différent », dit aussi « politique fiscale différente ».

SCPI européennes : avantages fiscaux à la clé

L’une des principales raisons qui poussent les Français à miser sur les SCPI européennes c’est évidemment la question de la fiscalité. C’est d’ailleurs pour cela que de nombreuses sociétés de gestion privilégient l’investissement hors territoire français pour alléger les charges d’imposition de leurs associés. Si en France le régime appliqué aux revenus issus des SCPI est plutôt lourd, les actifs situés à l’étranger n’y sont pas assujettis. Il faut dire qu’avec le barème progressif de l’impôt sur le revenu et les prélèvements sociaux, la facture peut vite être salée.

La fiscalité est largement plus supportable dans les autres pays d’Europe. Une convention a d’ailleurs été signée pour que ce soit la politique fiscale des pays hôte des actifs qui s’applique aux loyers. Le but est d’éviter la double imposition. Une pression moindre qui se manifeste par des taux d’imposition vraiment très bas. Si on reprend l’exemple de l’Allemagne, les revenus locatifs y sont imposés à seulement 15,825 %.

Les Français ont alors beaucoup d’intérêts à investir dans les SCPI européennes. Non seulement ils s’ouvrent à différents types de marché en pleine croissance, mais ils s’évitent aussi les importantes charges fiscales qui s’appliquent en France.